Posture Pro | Posturology Center » Docteur Bernard Bricot
Le Docteur Bernard BRICOT est un chirurgien orthopédiste de formation et posturologue de renommée internationale, fondateur de la méthode de "reprogrammation posturale globale". Il est né le Juillet 21, 1948 à Marseille (France).
La posturologie à eu ses pionniers, c’est d’ailleurs grâce à eux que nous avons pu poser les bases de cette médecine fabuleuse qui se développe de plus en plus tant elle est logique et efficace. Le Dr. Bourdiol et ses élèves travaillaient sur le pied, ils ont posé les bases de la podologie moderne Ils ont été les premiers à démontrer que plus de 3 mm sous le pied était délétère et nociceptif. Le Dr. Baron et ses élèves travaillaient sur l’entrée oculaire (Baron avec des aimants). Certains de ses élèves ne trouvant pas cela assez scientifique ont utilisé des prismes posturaux (Da Cunya, Da Sylva, Gagey etc…). Les occlusodontologistes travaillaient sur l’occlusion dentaire mais sans faire le lien avec la posture. Les neuralthérapeutes (suisses, allemands et autrichiens), pour leur part, ont travaillé sur les cicatrices pathologiques et les pathologies focales dentaires mais là encore sans aucun lien avec la posture. Le Dr Bassani en Italie travaillait sur les bascules et les rotations des ceintures scapulaire et pelvienne et leurs corrections par l’acupuncture. C’est au Dr. Bricot et à ses élèves que l’on doit dès le début de l’année 79 (Publication au premier congrès mondial d’acupuncture à Paris) d’avoir fait la synthèse d’un système cohérent avec différentes entrées : le pied, l’œil, la peau, les dents, etc … ils ont été les premiers à jeter les bases de la posturologie clinique avec un examen dans les trois directions de l’espace et ne plus se contenter de la seule verticale de barré ; la synthèse finalisée en 81 commença à être enseignée en 1985 avec la naissance du collège international d’étude de la statique (CIES), avec une approche trans-disciplinaire et clinique. Toutes ces « premières » sont listées à la fin du livre du Dr. Bricot (1994). Ce n’est que plus tard que les autres écoles ont commencé à élargir leurs champs d’activité : Bourdiol à rajouté l’œil après la parution du livre du Dr Bricot 1994, Le Dr Gagey en 85 à commencé, après avoir fait faire une conférence au Dr. Bricot dans ces locaux, à corriger le pied avec des élastoplates. Mr. Villeneuve fut un de nos stagiaires en cabinet, le Dr. Da Sylva a commencé à travailler avec nos semelles polarisantes (breveté en 1980) après un congrès à Marseille en 1993… C’est au cours d’un remplacement en 1983 que le Dr. Bicot, alors chirurgien, rencontra le Dr. Marigan qui était « faisant fonction d’interne ». Le Dr. Bricot avait déjà jeté les bases de la posturologie moderne et réalisait des analgésies sous acupuncture. Il invita donc le Dr. Marignan à suivre son enseignement d’abord d’auriculothérapie, puis de posturologie ; premier cours suivit par le Dr. Marignan en 1985. Ce n’est que 2 ans plus tard que le Dr. Marignan deviendra secrétaire du CIES et ce pour 3 années consécutives… En ce qui concerne la stabilométrie c’est encore le Dr. Bricot et son équipe qui ont permis de comprendre que la stabilométrie statique ne mesure que l’adaptation ou la non adaptation du système postural à ses déséquilibres (Dr Bricot in Michel Lacourt) et qui ont défini les critères de normalité en remplacement des norme 85 que l’on trainait comme un boulet. En effet le critère principal de sélection des normes 85 était essentiellement des sujets sans vertiges et non des sujets posturalement équilibrés ; la posturologie « Parisienne » était, encore à cette époque, principalement destinée à traiter des patients vertigineux (Gagey, Toupet, Marucchi, Lacours….) et les syndromes post-commotionnels des traumatisés crâniens. Dans le même temps Maurice Ouaknine a fait évoluer la stabilométrie pour que l’on s’arrête enfin de travailler à 5 Hz et a démontré que certains paramètres utilisés étaient entachés d’erreurs (VFY). L’utilisation des sabots dynamométriques relègue les autres techniques au rang d’antiquité. C’est encore le CIES qui fait avancer la posturologie par l’étude de la non intégration des réflexes archaïques dans l’explication des contradictions entre pieds, membres inférieurs et dos. Mais également par l’influence du psycho-émotionnel sur le morphotype d’un patient. En ce qui concerne les techniques thérapeutiques : là encore le CIES se distingue en effet si l’on considère que les fasciae s’adaptent et que l’on a un schéma corporel engrammé : seule une correction permanente des capteurs permettra de recalibrer efficacement un patient. Donc des semelles proprioceptives, qui corrigent uniquement en position bipodale et ne corrigent pas en position assise (test des pouces montant), ne peuvent en aucun cas être considérées comme des semelles posturales (les patients sont, en moyenne, assis 70% de la journée). De même corriger le capteur occlusal et le crâne, sans voir une jambe courte (34% des patients) ou une insuffisance de convergence, est une erreur thérapeutique qui fixera le patient dans ces asymétries
  • Membre du comité de gestion de l'Académie mondiale de Posturology et thérapies associées.
  • Membre de l'Association Posture et de la balance depuis 1997, responsable de l'enseignement à l'école de la Larris
  • cadre en bois de 1998 à 2000.
  • Professeur à l'Université Tor Vergata de Rome, dans le département du Prof Palattella (Département de Posturology).
  • Professeur à l'Université de Palerme dans le département du Prof Caradonna (Département de Posturology).
  • Responsable de l'enseignement à la faculté de Toulouse (Département de Occlusodontology) depuis 1993.
  • Professeur à l'Univershey "Sapienza" de Rome dans le "Master" Département de posturology du professeur Ammabille.
  • Membre du comité scientifique de la Healo
  • Association brésilienne d'études de mouvement et la posture (Paolista Université de médecine de Sao Paulo).
  • Membre du comité scientifique de la Revista Brasileira de postura e Movimento.
  • Membre du comité scientifique de l'examen: EUROPEAN SPINAL RESONANCES.
  • Membres du bureau du S.IR.ER responsable de la "posturology" et les nouvelles technologies.
  • Président honoraire du CIES Italie, Responsable de l'enseignement.