Posture Pro | Posturology Center » Migraines
Plus des deux tiers de la population souffrent de maux de tête. Ces malaises vont de la céphalée de tension à la migraine avec aura, et ils peuvent atteindre le jeune enfant tout autant que la femme enceinte ou un autre adulte.  Selon des études récentes, le nerf trijumeau (qui innerve plusieurs parties du visage) et plus particulièrement le système trigémino-vasculaire pourraient entraîner de nombreuses formes de céphalées. Le système trigémino-vasculaire met en rapport les différents organes de nos sens comme les yeux, les oreilles et la bouche. Il s'agit de plus d'un véritable carrefour d’information pour l’équilibre postural, puisqu'il indique sans cesse au cerveau la position de la tête dans l'espace. Il est donc fortement impliqué dans le syndrome de déficience posturale (SDP) et dans ses symptômes que sont les céphalées de tension, les migraines ou autres formes de maux de tête chroniques.
Notre approche nous permet de préciser l'origine des maux de tête. Si les structures musculo-aponévrotiques cranio-céphaliques sont en cause, cela se traduit par la céphalée de tension et la névralgie d’Arnold, par exemple. Les tensions musculaires alors éprouvées reflètent un état de « stress postural ». Cet état est un véritable comportement de lutte, comme celui que l'on adopte pour fuir ou combattre : on serre les dents, on hausse les muscles des épaules et du cou, et on bloque les muscles de la respiration thoracique. Ainsi, une céphalée, éprouvée le matin au lever près des tempes, du front ou derrière la tête lors d’un serrement exagéré des dents, en est une illustration De plus, comme la plupart d’entre nous présentent des asymétries biomécaniques acquises dès la petite enfance à cause d'efforts musculaires faits par compensation, les douleurs varieront quant à leur intensité et leur localisation.
Le mal de tête peut aussi être dû à une perturbation des informations provenant notamment du système trigémino-vasculaire. Dans ce cas, différents étages du cerveau basal étant touchés, l’équilibre postural sera lui-même affecté et se traduira par la décompensation d’un syndrome de déficience posturale (SDP). La migraine sera alors associée à des symptômes neuro-vasculaires ainsi qu'à des symptômes neuro-végétatifs généraux : malaises vagaux avec lipothymies appelées « chute de pression », accélération incontrôlable du rythme cardiaque, variations du rythme respiratoire. Elle pourra aussi s’accompagner de phénomènes touchant les autres sens, qu'ils soient olfactifs, visuels ou vestibulaires. Par ailleurs, cela expliquerait le contexte hormonal si souvent associé comme facteur la déclenchant. Parmi les traitements proposés, mentionnons  la thérapie manuelle posturale mais également différentes techniques de neurostimulation visant à reprogrammer le système proprioceptif et, ainsi, aider à la régulation des centres nerveux impliqués.